Alcool, cannabis : encourager les jeunes à limiter leur consommation en soirée

, par  Léa Vandeputte

Alors que l’association « alcool et fête » perdure chez les 18-25 ans, Santé publique France lance une campagne de communication, baptisée « Amis aussi la nuit » pour réduire les risques liés à la consommation de substances psychoactives.

« Prendre soin de ses amis, c’est le faire aussi la nuit » : tel est le slogan de la nouvelle campagne d’information de Santé publique France qui a débuté le 25 septembre 2019. L’objectif de l’agence est de « replacer l’amitié au cœur des bonnes pratiques » car celle-ci constitue « un facteur de protection pour réduire les risques immédiats liés aux consommations importantes de substances psychoactives ».

Des chiffres encore préoccupants

L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) note en effet qu’en France, « les consommations d’alcool, de tabac, de cannabis chez les jeunes diminuent mais demeurent importantes ». Ainsi, en 10 ans, le nombre d’adolescents de 17 ans déclarant n’avoir jamais consommé d’alcool, de tabac et de cannabis a augmenté, passant de 5,1 % en 2008 à 11,7 % en 2017. Mais de l’autre côté, 27 % des 18-25 ans ont consommé du cannabis au cours de l’année en 2017 contre 23 % en 2010. Et, dans cette même tranche d’âge, 80 % ont déclaré avoir bu de l’alcool dans les 12 mois précédant l’enquête de l’OFDT. Les représentations des jeunes évoluent : « Si l’image du tabac s’est dégradée chez les nouvelles générations, celle du cannabis demeure bonne – perçu comme moins nocif que le tabac. Quant à l’alcool, il continue d’être très associé à la joie, à la convivialité, au plaisir et donc indispensable selon les jeunes au contexte festif », constate Santé publique France. « Parmi les consommateurs réguliers d’alcool, 74,5 % indiquent avoir bu de l’alcool pour que les fêtes soient mieux réussies, 68,9 % pour la sensation que cela procure, 41,2 % pour s’enivrer, poursuit l’agence de santé. Ces jeunes consomment entre 4 et 5 verres par occasion et entre 90 et 110 jours par an. »

Prendre soin de ses amis

Les effets des substances psychoactives « sont particulièrement néfastes à court et à long terme », rappelle Santé publique France dont la campagne vise à renforcer les comportements protecteurs entre pairs. Cette dernière « met en parallèle deux moments d’une même soirée : le début de la soirée qui se passe bien car les consommations sont “maîtrisées” et le moment où ça tourne mal pour un personnage à cause d’une consommation excessive », explique l’agence qui encourage ensuite les jeunes à se protéger et à prendre soin les uns des autres. Ce message sera diffusé, tout au long du mois d’octobre, sur les plateformes audio digitales (Spotify, Deezer), sur les réseaux sociaux (Snapchat, Instagram), via des bannières Youtube, ou encore lors de l’émission de NRJ radio C’Cauet qui invitera les jeunes à partager leurs expériences de soirées où ils ont dû s’occuper d’un ami ayant consommé de l’alcool ou du cannabis. En complément, des affiches seront placardées dans les écoles et les universités ainsi que dans les bars et les restaurants fréquentés par les étudiants. Enfin, le site Internet Amisaussilanuit.fr vient compléter le dispositif en dirigeant « les personnes en recherche de contenus pédagogiques sur la réduction des risques, vers les dispositifs d’aide à distance Alcool-info-service.fr et Drogues-info-services.fr ».

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS