Grippe : les bons gestes pour se protéger

, par  Léa Vandeputte

L’automne et l’hiver sont des périodes propices à la propagation du virus de la grippe. Très contagieuse, cette infection peut entraîner de graves complications alors mieux vaut adopter dès maintenant les bons réflexes pour éviter la contamination.

Chaque année, elle revient du mois d’octobre à la mi-avril au moment où les températures sont les plus basses et où la population se réfugie à l’intérieur, dans des lieux bien chauffés et souvent clos qui favorisent sa propagation. Le virus de la grippe, de la famille influenzae, cause une infection respiratoire aiguë qui peut générer, en plus de la fièvre, de la fatigue et des courbatures, des complications. Très contagieuse, elle se diffuse rapidement via les gouttelettes de salive qu’une personne contagieuse émet lorsqu’elle parle, tousse, ou éternue ou par le biais d’objets souillés par ces mêmes gouttelettes.

Le vaccin, la première des barrières

Si pour l’heure l’épidémie n’a pas encore débuté, comme l’indique le Bulletin hebdomadaire publié mercredi 13 novembre par Santé publique France, il est tout de même important de savoir comment se protéger de la grippe. Le premier geste de protection reste la vaccination. Si elle ne permet pas toujours d’éviter la grippe, elle réduit toutefois le risque de complications graves ou de décès. Celle-ci est d’ailleurs fortement recommandée chez les personnes âgées de 65 ans et plus, chez les femmes enceintes, dans l’entourage des nourrissons de moins de 6 mois, des personnes fragiles ou immunodéprimées, chez les patients atteints d’une maladie chronique, chez les personnes obèses mais aussi chez les personnels soignants. Une seule injection annuelle suffit, mais il faut attendre environ deux semaines avant d’être protégé. Médecins, sages-femmes, infirmières et pharmaciens sont habilités à vacciner contre la grippe.

Respecter les mesures d’hygiène

L’hygiène au quotidien est également une manière efficace de limiter les risques de transmission du virus. L’Assurance maladie préconise de mettre en place les quatre gestes suivants :
• « Lavez-vous régulièrement les mains, si possible avec du savon liquide, en les frottant pendant trente secondes. Rincez-les ensuite sous l’eau courante et séchez-les avec une serviette propre ou à l’air libre. Le lavage des mains doit devenir un réflexe : au minimum, avant de préparer le repas ou de manger, après s’être mouché, après avoir éternué ou toussé en mettant sa main devant la bouche, après être passé aux toilettes, après avoir pris les transports en commun, après s’être occupé d’un animal et dès que l’on rentre chez soi.
• Servez-vous d’un mouchoir jetable pour vous moucher, tousser, éternuer ou cracher, et jetez-le aussitôt.
• Toussez et éternuez dans votre coude.
• Portez un masque jetable si vous êtes grippé, surtout pour rendre visite à une personne fragile (jeune enfant, personne âgée ou malade). Vous diminuez ainsi le risque de lui transmettre le virus de la grippe. Le masque permet aussi de ne pas diffuser les virus quand on doit sortir pour se rendre chez son médecin, à l’hôpital… »

En complément, elle recommande, pendant les périodes d’épidémie, d’éviter d’emmener un nourrisson dans un lieu public, d’aérer régulièrement son logement pour diminuer la concentration en microbes et virus, et de ne pas serrer les mains ou embrasser pour dire bonjour.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS