Hospitalisation : le nombre d’infections nosocomiales augmente

, par  Isabelle Coston

Le nombre de patients contaminés par une bactérie résistante aux antibiotiques lors d’un séjour dans un établissement de santé est en constante augmentation depuis quelques années.

Les infections nosocomiales toucheraient chaque année plus d’une personne hospitalisée sur vingt, soit plus de 5 % des patients, et 4 000 en meurent. C’est ce que rapporte Santé publique France, qui révèle par ailleurs une hausse des contaminations causées par des bactéries résistantes à un ou plusieurs antibiotiques.

Montée en flèche du nombre de cas graves

Si le nombre de cas d’infection reste tout de même relativement stables depuis cinq ans, d’autres éléments, mentionnés dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) publié le 17 juillet par Santé publique France, alertent les chercheurs. Ce rapport, qui fait le bilan, sur une période allant de 2001 à 2017, « des signalements externes d’infections nosocomiales », a de quoi inquiéter toute personne devant subir une hospitalisation. Après analyse des résultats, les auteurs de l’étude indiquent une forte augmentation des infections impliquant une bactérie multirésistante (BMR), une bactérie hautement résistante émergente (BHRe) ou un Clostridium difficile. Elles représentent actuellement 46 % des infections nosocomiales, contre 2,5 % en 2001.

Signaler pour mieux soigner

Afin de mieux répondre à cette situation préoccupante, Santé publique France a mis en place un portail de signalement des événements sanitaires indésirables. Ce dernier ne tient pas seulement compte des hôpitaux, il répertorie tous les établissements de santé, y compris les établissements médico-sociaux et les cabinets médicaux de ville. Ainsi, professionnels et patients peuvent déclarer en ligne la survenue d’une infection nosocomiale. L’objectif de l’agence est de permettre « dans les prochaines années d’avoir une vision plus globale des infections associées aux soins et de la résistance aux antibiotiques, afin d’orienter les politiques de prévention à mettre en place dans ces secteurs de soins ».

Les patients les plus vulnérables davantage touchés

Selon la dernière enquête nationale de prévalence des infections nosocomiales et des traitements anti-infectieux en établissement de santé (ENP), menée en 2017, « les principales bactéries en cause sont : les entérobactéries dont Escherichia coli (près d’un quart des infections) et le staphylocoque doré (13 %). Les infections nosocomiales restent par ailleurs davantage constatées dans les services de réanimation (1 patient infecté sur 4) qui accueillent des patients plus vulnérables et exposés à de multiples dispositifs invasifs ». Les auteurs de l’enquête précisent que, « de 2012 à 2017, la proportion des infections après chirurgie (infection du site opératoire ou ISO) passe de 13,5 % à 16 %, se classant ainsi au deuxième rang des infections les plus courantes derrière les infections urinaires (28 %) et devant les pneumonies (15,5 %). Parmi les ISO, ce sont surtout les infections profondes et de l’organe qui progressent ».

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS