L’art bénéfique pour la santé selon l’OMS

, par  Delphine Delarue

Dans un rapport récent, le bureau Europe de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) montre pour la première fois que la pratique active ou passive de l’art peut avoir une influence positive sur la santé physique et mentale.

Qu’il s’agisse de danser, de chanter, de lire un bon livre, de fréquenter les musées ou les concerts, l’activité artistique serait bénéfique à la santé. C’est l’une des principales conclusions d’un récent rapport du bureau régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Europe qui analyse, pour la première fois et sur la base de plus de 900 publications du monde entier, les bénéfices sanitaires de la pratique active ou passive de l’art au sens large. Cinq grandes catégories artistiques sont passées au crible : les arts de la scène (musique, danse, chant, théâtre, cinéma) ; les arts visuels (artisanat, design, peinture, photographie) ; la littérature (écrire, lire, se rendre à des festivals littéraires) ; la culture (fréquenter des musées et des galeries, assister à des concerts, aller au théâtre) ; et les arts en ligne (animation, arts numériques, etc.). Ces activités donnent « une clé supplémentaire pour améliorer notre état physique et mental » et « proposent des solutions là où la pratique médicale habituelle n’a pu, jusqu’à présent, apporter des réponses efficaces », explique le docteur Piroska Östlin, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe par intérim.

Des bénéfices tout au long de la vie

L’influence positive de l’art se constate tout au long de la vie. Raconter par exemple une histoire aux enfants au moment du coucher peut les aider à mieux dormir et à être plus concentrés à l’école, souligne le rapport. Chez les adolescents, participer à une formation théâtrale renforcerait le bien-être et limiterait l’exposition à la violence. Pour les plus âgés, la pratique de la musique et du chant stimulerait les fonctions cognitives en particulier chez les personnes atteintes de démence.
Ce n’est pas tout : l’OMS a aussi constaté que les réalisations artistiques pouvaient « servir de complément aux protocoles thérapeutiques » dans les établissements de santé. Elles permettraient notamment de limiter «  les effets secondaires des traitements contre le cancer, dont la somnolence, le manque d’appétit, l’essoufflement et les nausées ». Aux urgences, enfin, le rapport montre que la musique et l’intervention de clowns diminuent l’anxiété et le ressenti de la douleur, surtout chez les enfants.
L’OMS encourage donc les Etats à développer la place de l’art dans les politiques de santé, notamment en formant davantage les professionnels du soin à cette thématique et en aidant les organismes artistiques et culturels à intégrer cette nouvelle dimension dans leur travail.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

ARTICLES RÉCENTS