La dépression progresse en France

, par  Delphine Delarue

D’après une série d’études publiée mardi 16 octobre dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire de Santé publique France, les troubles dépressifs ont progressé dans notre pays entre 2010 et 2017, en particulier chez les étudiants, les femmes et les personnes aux plus faibles revenus.

En 2017, 9,8 % des 18-75 ans (soit près d’un adulte sur dix) ont été touchés par un épisode dépressif caractéristique (EDC ou maladie de la dépression) au cours des douze derniers mois, ce qui représente une augmentation de 1,8 point par rapport à 2010. Ce chiffre inquiétant, révélé dans le dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH-Santé publique France)http://invs.santepubliquefrance.fr/..., est issu d’un questionnaire réalisé auprès de plus de 25 000 personnes dans le cadre d’un sondage reflétant les caractéristiques de la dépression. Loin d’être une simple déprime, celle-ci se manifeste par « une tristesse ou une perte d’intérêt et de plaisir, associées à des sentiments de culpabilité ou de dévalorisation de soi, un sommeil ou un appétit perturbé, des problèmes de concentration ou encore des idées suicidaires, rappelle le BEH. Ces symptômes sont intenses, durables et entraînent un retentissement important sur les activités et le fonctionnement des individus ». L’étude précise que le trouble touche davantage les femmes (13 %) avec une augmentation de 2,7 points depuis 2010 et les moins de 45 ans (11,5%). En sept ans, « ce sont particulièrement les 35-44 ans qui supportent l’augmentation de la prévalence (+4,4 points) », indiquent les auteurs. On constate également une forte progression chez les étudiants (+ 4 points entre 2005 et 2017), ainsi que chez les chômeurs (+ 5 points entre 2010 et 2017) et chez les personnes aux plus faibles revenus (+ 3 points sur la même période).

Les actifs occupés également concernés

Une des études présentées par le BEH s’est intéressée plus précisément aux actifs occupés : ses résultats révèlent que, toujours en 2017, 8,7 % d’entre eux ont également connu un épisode dépressif caractérisé au cours des douze derniers mois, avec une prévalence féminine (11,4%) deux fois plus élevée que chez les hommes (5,3%). « Il est intéressant de constater que, pour les femmes, la prévalence est identique quel que soit l’âge, le secteur d’activité ou la catégorie socio-professionnelle », note le BEH. Chez les hommes en revanche, avoir moins de 45 ans et travailler dans certains secteurs (hébergement, restauration, finance ou assurance, arts et spectacles) est associé à une augmentation du nombre de cas. En outre, que l’on soit un homme ou une femme, le fait d’avoir été victime de menaces verbales, d’humiliations ou d’intimidation, ou d’avoir eu peur de perdre son travail augmente également le risque de présenter un EDC.
En conclusion, le BEH souligne que la prévalence élevée de la dépression au sein de la population et sa progression au cours des dernières années « plaident pour un renforcement des dispositifs de prévention et de prise en charge des troubles dépressifs, en particulier à destination des populations les plus vulnérables » et notamment « dans les secteurs d’activité les plus touchés ».

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS