Les pharmaciens peuvent désormais vacciner contre la grippe

, par  Delphine Delarue

La traditionnelle campagne de vaccination antigrippale qui vient de débuter autorise les pharmaciens volontaires à vacciner les personnes les plus vulnérables face au virus.

Cette année, la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière, débutée le 15 octobre, commence avec une grande nouveauté : les pharmaciens volontaires sont désormais autorisés à vacciner dans leurs officines. Jusque-là réservée aux médecins et aux infirmiers, la pratique de la vaccination antigrippale s’élargit aujourd’hui à la pharmacie sur tout le territoire après avoir été expérimentée avec succès l’an passé dans les officines d’Occitanie, d’Auvergne-Rhône-Alpes, de Nouvelle-Aquitaine et des Hauts-de-France. Dans ces quatre régions, plus d’un demi-million de Français avaient ainsi pu être vaccinés. Avec cette mesure, le ministère de la Santé entend simplifier le parcours et inciter ceux qui sont les plus vulnérables face au virus à se faire vacciner, en particulier dans les déserts médicaux où il est difficile d’obtenir un rendez-vous chez un médecin.

Personnes âgées, femmes enceintes et malades chroniques
Les personnes à risque pour lesquelles la vaccination est recommandée sont celles âgées de 65 ans et plus, les femmes enceintes, les patients atteints de pathologies chroniques (maladies respiratoires, cardiovasculaires, diabète) ou d’obésité morbide, les personnes immunodéprimées ou encore celles de l’entourage d’un nourrisson de moins de six mois présentant des risques de grippe grave. Tous peuvent se rendre directement chez le pharmacien pour retirer gratuitement leur vaccin (avec leur bon de prise en charge de l’Assurance maladie pour ceux qui l’ont reçu) et se faire ensuite vacciner par le professionnel de leur choix : médecin, sage-femme pour les femmes enceintes et l’entourage du nourrisson, infirmier ou pharmacien. A noter que « toutes les pharmacies ne peuvent pas vacciner, précise Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO). Elles doivent d’abord faire une déclaration de locaux conformes à l’Agence régionale de santé (l’officine doit disposer d’un local clos et confidentiel, ndlr) et attester de la formation des personnels habilités à vacciner ».

Rendez-vous obligatoire chez le médecin pour le reste de la population
La vaccination est également recommandée (mais non prise en charge) et possible en pharmacie pour les personnes au contact de patients à risques sévères, les personnels naviguant et les professionnels de santé. Les pharmaciens ne peuvent en revanche pas vacciner le reste de la population, qui devra obligatoirement prendre rendez-vous avec un médecin ou un infirmier.
Rappelons que l’épidémie de grippe survient chaque hiver en France et touche entre 2 et 6 millions de personne. Plus de 90 % des décès qui lui sont atribués surviennent chez les personnes de plus de 65 ans. Parce que les souches de virus de la grippe en circulation ne sont pas les mêmes d’une année sur l’autre et que la durée de protection du vaccin peut s’estomper après quelques mois, les autorités sanitaires recommandent aux personnes à risque de se faire vacciner chaque année.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS