Maladies rares : mise en place du programme européen

, par  Vincent Portois

En Europe, 30 millions de personnes sont touchées par des maladies rares et chacune d’entre elles concerne moins de cinq personnes sur 10 000. C’est la raison pour laquelle il est difficile de trouver un traitement. Mis en œuvre depuis le début de l’année 2019, l’European joint programme on rare diseases (EJP RD) se penche sur le sujet.

En France, c’est l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) qui a été chargé de coordonner ce programme de grande envergure. L’Institut public va encadrer et mettre en commun les travaux et les propositions de tous les partenaires : agences de financement, hôpitaux, associations et patients. « D’ampleur inégalée », ce programme est officiellement soutenu et cofinancé par la Commission européenne pour les cinq prochaines années dans un premier temps, mais « l’objectif est de le pérenniser ». Le programme EJP RD est constitué de plusieurs initiatives nationales spécialisées dans les maladies rares, il était donc logique que l’Inserm soit à la tête du projet. En effet, l’institut est reconnu dans ce domaine, il a d’ailleurs toujours eu une implication dans les plans nationaux sur les maladies rares. Le consortium E-Rare a également été sélectionné par le ministère de la Recherches pour assurer le pilotage du programme. Depuis le mois de janvier, ce comité, représentant 130 institutions, travaille pour « créer un environnement favorable à la recherche, pour coordonner les travaux et accélérer le développement de médicaments. […] Mettre en commun et valoriser toutes les ressources nécessaires à l’amélioration du diagnostic et de la prise en charge de ces maladies. »

Les différents axes d’organisation

Le programme EJP RD s’articule tout d’abord autour d’un premier « pilier », c’est-à-dire différents appels à projets et à partenariats publics-privés afin de recevoir un soutien financier permettant ensuite de pousser « environ vingt-cinq projets multinationaux, destinés à améliorer le diagnostic et le traitement des maladies rares ». La création d’une plateforme virtuelle référençant énormément de données et de ressources aidera les travaux de recherches, notamment par le développement d’outils tels que les « registres, biobanques, bases de données, outils bio-informatiques… ». Dans un second temps, le programme se concentrera sur des sessions de formation (e-learning inclus) destinées à tous ceux concernés par les maladies rares, à commencer par les patients, les chercheurs et les personnels aidants. Enfin, afin de développer au mieux et au plus vite les médicaments, le programme favorisera la recherche translationnelle, importante pour profiter des dernières innovations médicales. En France par exemple, le retard du dépistage est un véritable fléau : cinq tests sont prévus à la naissance contre quinze dans plusieurs pays européens. Ce retard nuit non seulement à la prévention de ces maladies rares, mais aussi aux traitements que le corps médical pourrait apporter.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS