Parkinson : une maladie encore mal connue

, par  Isabelle Coston

Tout le monde a déjà entendu parler de la maladie de Parkinson mais peu de gens savent vraiment de quelle façon elle se manifeste. Malgré les nombreuses campagnes de sensibilisation, les Français restent insuffisamment informés.

Le grand public a encore une perception erronée de la maladie de Parkinson. Or, contrairement à une idée très répandue, cette maladie n’est pas rare. C’est même l’affection neurodégénérative la plus fréquente après la maladie d’Alzheimer. Elle touche en effet plus de 200 000 personnes en France. Mais malgré sa prévalence élevée, elle reste difficile à repérer précocement car elle évolue lentement et les symptômes évocateurs sont mal connus du grand public. La Journée mondiale Parkinson, qui a eu lieu le 11 avril, a été une fois de plus l’occasion de démonter certains clichés tenaces et de mobiliser l’opinion. Car être bien informé sur la maladie elle-même, le parcours de soins, les traitements existants, les aides… permet d’améliorer la qualité de vie des personnes qui en sont victimes. « En France, un adulte sur 250 est touché par Parkinson », rappelle l’association France Parkinson, avant d’ajouter que « la maladie constitue la deuxième cause de handicap moteur après les AVC et est en constante augmentation. »

Halte aux idées reçues

Selon deux sondages croisés, menés en 2022 par France Parkinson et Opinionway, les connaissances des Français sont souvent fausses. Les résultats de cette enquête mettent en effet en lumière « les difficultés auxquelles les malades sont confrontés », souligne l’association, qui poursuit : « La méconnaissance de la maladie de Parkinson par le grand public et sa faible prise en compte dans l’opinion [créent] un contexte qui freine la mobilisation dont auraient besoin les 200 000 personnes malades de Parkinson en France. »

Des symptômes ignorés

Bien que 99 % des sondés disent connaître la maladie de Parkinson (63 % précisément et 36 % pas précisément) et que la plupart d’entre eux affirment savoir que c’est une maladie neurodégénérative (83 % des répondants) et qu’elle est incurable (74 %), en revanche ils en connaissent mal les symptômes.
Pour beaucoup (78 % des personnes interrogées), Parkinson se résume aux tremblements. Bien qu’ils soient associés quasi systématiquement dans l’esprit des Français à cette pathologie, les tremblements n’affectent en réalité que deux patients sur trois. Quant aux deux autres signes moteurs les plus caractéristiques de la maladie : la lenteur des mouvements (90 % des malades concernés) et les sensations de raideurs (85 %), ils sont largement ignorés. Les difficultés à se mouvoir, à accomplir les gestes les plus anodins du quotidien et les douleurs physiques et morales qu’elles entraînent ont un impact conséquent sur la qualité de vie des malades. À ces symptômes fréquents viennent s’ajouter des troubles du langage (voix monotone, saccadée), des difficultés à écrire (les lettres sont minuscules), une fatigue extrême ou encore des troubles du sommeil. Bien que l’on ne sache pas encore guérir la maladie de Parkinson, il est possible d’en atténuer les symptômes grâce aux traitements pharmacologiques, mais aussi en y associant des thérapies complémentaires comme la kinésithérapie ou l’orthophonie. Neurologue, kiné, orthophoniste… tous les professionnels de santé, mais aussi l’entourage, doivent être mobilisés pour aider le patient à mieux vivre avec la maladie.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

ARTICLES RÉCENTS