Pollution de l’air responsable d’une hausse des fréquentation aux urgences

, par  Vincent Portois

Une étude américaine démontre la corrélation entre la qualité de l’air et les visites aux urgences des personnes atteintes de problèmes respiratoires. Un constat qui permet de rappeler l’importance de traiter rapidement la question de la pollution atmosphérique.

L’Agence européenne de l’environnement et l’organisation mondiale de la santé (OMS) ne cessent de le répéter : la pollution de l’air est devenue un enjeu de santé publique. Chaque année, elle est responsable de la mort de plus de 1,3 million de personnes dans le monde, en attaquant directement les poumons et les voies respiratoires. De nombreux rapports confirment les avertissements des autorités de santé. C’est en effet le cas de la récente étude parue dans la revue American journal of respiratory and Critical Care Medecin, réalisée par des chercheurs américains des universités du Nevada et d’Emory, qui démontre une forte corrélation, à l’échelle mondiale, entre le nombre d’entrées aux urgences pour les patients atteints de troubles respiratoires (asthme, broncho-pneumopathie chronique, infection respiratoire…) et le taux de pollution dans l’air. Les chercheurs ont étudié la présence de deux polluants à travers 869 pays « une semaine avant la visite aux urgences pour un problème respiratoire ». L’étude d’ampleur internationale a analysé plus de 40 millions de consultations aux urgences avant d’établir un lien entre la présence de PM 2,5 (particules de moins de 2,5 microns de diamètre) qui pénètrent facilement dans le système respiratoire et les visites aux services des urgences pour des troubles de la respiration.

Les personnes âgées et les enfants en tête

Face à des pics de pollution dont l’intensité et la régularité ne cessent d’augmenter, les personnes âgées de plus de 65 ans sont les plus touchées par des troubles respiratoires, principalement de l’asthme, de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), mais aussi par diverses infections respiratoires. Selon l’auteur principal de l’étude, Heather M. Strosnider, on comprend que pour « le taux de PPB (part per billion en anglais ou une partie par milliard, NDLR), à savoir vingt parties par milliard d’augmentation de l’ozone dans l’air, le taux de visites aux urgences pour des problèmes respiratoires a augmenté de 1,7 % chez les enfants […] et de 3,3 % chez ceux de plus de 65 ans ». Au final, l’étude mondiale, qui se veut être la plus détaillée possible, permet aux concernés, tels que les différents responsables de la santé publique, d’engager des préventions très strictes au sujet de la pollution de l’air, notamment envers les personnes les plus vulnérables comme les personnes âgées et les enfants, et surtout de sensibiliser davantage l’opinion publique afin que chacun puisse agir à son échelle.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS