Rendez-vous médicaux : selon la spécialité des délais d’attente de quelques jours à plusieurs mois

, par  Léa Vandeputte

En moyenne, les rendez-vous sont obtenus en 6 jours chez le médecin généraliste. En revanche, il faut prendre son mal en patience quand on veut consulter un spécialiste. Le délai moyen entre la prise de contact et la visite chez l’ophtalmologiste par exemple est de 80 jours.

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) a publié, lundi 8 octobre 2018, une étude inédite sur les délais nécessaires pour obtenir une entrevue avec son médecin. Réalisée auprès de 40 000 personnes, l’enquête révèle qu’un rendez-vous avec un généraliste est obtenu en moyenne en six jours. Mais, pour d’autres spécialités, l’attente est beaucoup plus longue : elle est de 80 jours en ophtalmologie, de 61 jours en dermatologie, de 50 jours en cardiologie, de 45 jours en rhumatologie et de 44 jours en gynécologie. La Drees recommande également de prendre en compte les délais médians, c’est-à-dire la durée à partir de laquelle la moitié des patients obtiennent une consultation. Ceux-ci sont ainsi de 2 jours en médecine générale, de 52 jours en ophtalmologie, de 50 jours en dermatologie, de 37 jours en cardiologie, de 31 jours en rhumatologie et de 32 jours en gynécologie.

Plus rapide en cas d’urgence

Néanmoins, les délais sont plus courts, « lorsque la demande de rendez-vous est liée à l’apparition ou à l’aggravation de symptômes », indique la Drees avant de donner l’exemple des généralistes, avec qui « la moitié des prises de contact aboutissent à un rendez-vous dans la journée [dans ce cas], contre 6 jours pour un contrôle périodique ». De même, chez le gynécologue, la durée médiane est de 9 jours pour une urgence contre 36 jours pour un contrôle. Globalement, les temps d’attente sont jugés corrects ou rapides, sauf dans les spécialités où ils sont les plus longs. « Le délai sera jugé différemment selon le professionnel contacté : en médecine générale, les Français souhaitent être pris en charge rapidement, alors qu’ils acceptent plus facilement des délais plus longs en ophtalmologie ou en gynécologie », explique par ailleurs la Drees.

Des disparités territoriales

Les Français ne sont cependant pas tous logés à la même enseigne. « Les temps d’attente sont plus longs dans les communes où l’accessibilité géographique aux professionnels de santé est faible, notamment dans les petits et moyens pôles et dans les communes hors influence des pôles », confirme l’étude. Par ailleurs, dans près d’un cas sur dix, la prise de contact n’aboutit pas à une consultation. Plusieurs explications sont avancées : le professionnel ne proposait pas de créneaux horaires possibles pour le patient, il ne prenait plus de nouveaux patients ou il était injoignable ou absent au moment de l’appel. Face à ces échecs, la plupart des patients cherchent à contacter un autre professionnel, certains renoncent à se soigner, mais rares sont ceux qui se rendent aux urgences hospitalières.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS