Santé cardiovasculaire : toutes les activités physiques ne se valent pas

, par  Isabelle Coston

Pour entretenir son cœur, il est commun de dire qu’il faut se saisir de tous les prétextes pour bouger. Des chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) viennent cependant d’émettre quelques réserves.

Toute activité physique est-elle bonne pour le cœur ? C’est la question que se sont posée des chercheurs. Dans une nouvelle étude coordonnée par Jean-Philippe Empana, de l’Inserm, menée en collaboration avec une équipe australienne, et dont les résultats ont été publiés dans la revue Hypertension, le postulat selon lequel mieux vaut, pour une bonne santé cardiovasculaire, n’importe quelle activité physique plutôt que pas d’activité physique du tout, vient d’être ébranlé. Jean-Philippe Empana et ses collègues se sont appuyés sur les données des participants de l’Enquête Prospective Parisienne III. Cette grande étude française suit depuis dix ans l’état de santé de plus de 10 000 volontaires, âgés de 50 à 75 ans et recrutés au cours d’un bilan de santé au Centre d’examen de santé de Paris.
Dans son communiqué du mardi 5 novembre, l’Institut déclare que l’activité physique n’est pas toujours notre meilleure alliée : « entre la pratique régulière d’un sport, le port de charges lourdes sur notre lieu de travail ou la marche entre amis, ces effets protecteurs pourraient bien varier », constate l’Inserm.

Quand l’activité physique fait plus de mal que de bien

Pire : elle pourrait même tuer. Pour mettre au point une politique de prévention contre la mortalité cardiovasculaire efficace, rappellent les auteurs de l’étude, il faut déjà définir ce qu’est une activité physique salutaire. Ces derniers mettent notamment en garde contre certains gestes physiques réalisés dans le cadre du travail, comme le port répété de charges lourdes, particulièrement délétère. Ils soulignent que les façons de se dépenser n’ont pas le même impact sur la santé. Faire du sport ou jardiner pendant ses loisirs n’a pas les mêmes effets sur la santé que l’activité produite dans un contexte de travail. « L’étude montre que l’activité physique sportive de haute intensité est associée à un meilleur baroréflexe neural (mesure des signaux nerveux envoyés par les récepteurs présents sur les parois de l’artère, en réponse à une distension de celle-ci, NDLR). A l’inverse, l’activité physique au travail (de type port répété de charges lourdes) serait plutôt associée à un baroréflexe neural anormal et à une plus grande rigidité artérielle. Elle pourrait donc être délétère pour la santé cardiovasculaire, et notamment être associée à des maladies rythmiques [pouvant] aboutir à un arrêt cardiaque », concluent les chercheurs.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS