Sommeil : les Français dorment de moins en moins

, par  Vincent Portois

La dix-neuvième édition de la Journée du sommeil, qui se déroule le 22 mars, arrive au moment même où études et bulletins dévoilent que les Français ont pris des mauvaises habitudes de sommeil, en dormant moins de sept heures par nuit.

Les chiffres de plusieurs études, comme celle récemment menée l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV) et la mutuelle MGEN, confirment que les Français se couchent de plus en plus tard et dorment mal. Conséquence, près d’un quart des Français somnole durant la journée, principalement dû au fait que le soir à la maison, 90 % d’entre eux passent leur temps devant un écran. Dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de début mars, les médecins de Santé publique France pointent en effet que le temps de sommeil total des adultes dans la semaine décroît, en moyenne 6 heures 42 par 24 heures en 2017, « soit pour la première fois en dessous des sept heures minimales quotidiennes habituellement recommandées pour une bonne récupération ». Même s’ils estiment que ce déclin n’est pas une fatalité, ce baromètre est préoccupant, car toutes les études épidémiologiques prouvent que dormir peu engendre des complications, notamment la réduction de la vigilance dans la journée, une qualité de vie familiale et professionnelle perturbée. Par ailleurs, dormir moins de six heures est véritablement nocif pour la santé et augmente le risque d’obésité, d’hypertension, de pathologies cardiaques et d’accidents.

Des explications à ce déclin

Le monde change, différents facteurs ont particulièrement bouleversé notre relation au sommeil qui devient même quelque part un temps facultatif pour certains. « Il est en effet bien malmené dans la compétition quotidienne qu’il mène face aux loisirs et au travail », note Santé publique France. Essentiel au bien-être et à la santé, le sommeil fait face à de multiples perturbateurs, à commencer par le bruit et la lumière après le coucher du soleil. Trop de sédentarité n’aide pas non plus au sommeil, alors que les sorties en plein air et l’activité physique sont recommandées. La vie professionnelle peut aussi expliquer la baisse du sommeil, avec des travailleurs restant davantage à leur poste, et augmentant au passage la sédentarité. Le BEH pointe également l’augmentation du travail de nuit et un temps de trajet entre le domicile et le lieu de travail plus long dans les raisons de la baisse du temps de sommeil. Mais, les nouvelles technologies, qui sont à la fois addictives et nuisibles pour la qualité du sommeil, sont l’une des raisons principales de ce déclin. Des adultes aux enfants, il y a un « sur investissement dans le temps passé face à des écrans : smartphones, tablettes, ordinateurs et l’abondance de l’offre culturelle et de divertissement via ces outils, à toute heure de la soirée et même de la nuit, perturbent le temps dévolu au sommeil », confirme les chercheurs.

Réapprendre à dormir

Dans Le Parisien du 13 mars, la psychiatre Sylvie Royant-Parola, présidente du Réseau Morphée, dresse le constat alarmant qu’en deçà de six heures de sommeil, « le corps n’est plus à même de récupérer. Il s’endommage ». En conclusion, il faut réapprendre à vivre en harmonie avec son sommeil pour qu’il reste réparateur et que grâce à un temps nécessaire il puisse propager et conserver ses vertus essentielles d’agent nettoyeur et consolider la mémoire.

Quelques recommandations pour assurer une meilleure nuit, pouvoir dormir plus et, surtout, mieux.
- Diminuer voire se couper d’Internet, des réseaux sociaux et des notifications avant d’aller se coucher. Ne pas faire du lit un espace de vie pour les nouvelles technologies, mais un espace de sommeil.
- Avoir une activité physique régulière, lutter contre la sédentarité, sortir le plus possible en plein air.
- Avoir une bonne hygiène alimentaire en mangeant léger et en évitant le café en fin de journée, mais aussi l’alcool qui complique l’accès au sommeil profond.
- Avoir une bonne hygiène lumineuse, en utilisant à bon escient la lumière artificielle, surtout celle des nouvelles technologies.
- Respecter son horloge biologique et garder notamment une régularité dans ses heures de lever, limiter les grasses matinées et les siestes prolongées. Etre davantage dans la régularité que la quantité.
- Faire dès que possible une sieste courte de trente minutes.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

ARTICLES RÉCENTS